L'idéal du bodhisattva :

Puissé-je délivrer tous les êtres des difficultés.

 < (5/6) > 

En fait, aussi élevé qu'il puisse paraître, le premier des quatre grands vœux, « puissé-je délivrer tous les êtres des difficultés » (les difficultés étant ici des difficultés mondaines), a un point de départ pragmatique. Il vaut mieux commencer par aider de façon terre-à-terre. Tout le monde peut au moins aider les autres de façon matérielle et tangible. Si nous manquons de considération envers les autres, cela doit être parce que nous ne réalisons pas ce qu'ils ressentent, la situation dans laquelle ils se trouvent. Très souvent, nous sommes tellement attaché à nos propres intérêts et préférences que nous ne sommes pas conscient des besoins et des sentiments des autres. Nous avons besoin de prendre conscience des autres, d'utiliser notre imagination et de vouloir nous mettre à leur place.

Du fait de notre culture, peut-être, nous sommes devenus si préoccupés par nous-mêmes, par ce que nous voulons, par ce qui nous est dû, par nos droits, que nous avons oublié la gentillesse humaine de base. Donc, pour commencer, nous pouvons mettre de côté nos préoccupations à propos du développement spirituel des autres. Pas besoin non plus de penser à l'accomplissement de quelque action héroïque, bien que les circonstances puissent parfois l'exiger. Nous pouvons commencer par prêter attention aux petits détails de la vie. Si vous laissez brûler le riz, oubliez de rendre un livre emprunté, ou faites claquer la porte, cela rend la vie difficile à quelqu'un d'autre. Trop souvent aussi ce qui nous intéresse est ce que nous pouvons obtenir des autres. Nous devons cependant faire attention à ne pas vouloir être trop tôt comme le bodhisattva, cherchant à faire de bonnes actions pour aider les autres comme un boy-scout. Aider peut vouloir dire ne pas du tout interagir directement avec les autres (parfois on peut aider les autres rien qu'en restant hors de leur chemin et en leur laissant l'espace dont ils ont besoin). Nous croyons aider les autres énormément en pensant à eux positivement, en cultivant la metta. Mais souvent, si nous sommes simplement nous-même, positif et inspiré, vivant notre vie spirituelle, nous pouvons aider les autres sans nous en apercevoir.

Cependant même si l'on doit se préoccuper d'abord des besoins pratiques et élémentaires, ils peuvent être plus difficiles à satisfaire que les besoins spirituels de base. On peut être assez sûr que la méditation sera bénéfique pour les gens, s'ils veulent bien la pratiquer et si on est bien qualifié pour l'enseigner.

Mais ceux qui prennent le vœu du bodhisattva sérieusement ne se satisfont pas d'aider les autres dans leurs seules affaires quotidiennes. Nous devons être prêts à aller plus loin, et il faudra alors être préparés à supporter quelque inconfort. C'est dont parle le Bodhisattvabhumi quand il décrit le bodhisattva « revêtant l'armure de l'effort ardu ». Notre enthousiasme pour la vision de l'idéal du bodhisattva nous permet d'oublier, et même de ne pas ressentir, non seulement la gêne mais aussi la souffrance. Nous ne pouvons rien faire d'un tant soit peu difficile pour nous, avec ou pour  les autres, sans au moins avoir un peu de l'idéal du bodhisattva pour nous permettre de continuer. Sinon, il y aura tôt ou tard une réaction. Le ressentiment naîtra en nous dès que nous ne nous sentirons plus apprécié. On peut même finir par haïr ceux que l'on essaye d'aider ; au mieux cela sera cause de tension ou de fatigue. Mais le bodhisattva ne ressent ni tension ni fatigue, car il agit à partir de la bodhicitta. Aussi altruiste que l'on puisse être, on n'est pas un bodhisattva si cette dimension transcendante n'est pas entrée en nous.

The Bodhisattva Ideal © Sangharakshita, Windhorse Publications 1999, traduction © Centre bouddhiste Triratna de Paris 2006.

 < (5/6) > 
  1. Origine et développement de l'idéal du bodhisattva.
  2. L'éveil du cœur bodhi, ou bodhicitta utpada.
  3. Le vœu du bodhisattva.
    1. Le vœu du bodhisattva.
    2. Les dix grands vœux du bodhisattva.
    3. Le Mahayana et le Hinayana.
    4. Les quatre grands vœux du bodhisattva.
    5. Puissé-je délivrer tous les êtres des difficultés.
    6. Puissé-je éradiquer toutes les passions.
  4. Altruisme et individualisme dans la vie spirituelle.
  5. Masculinité et féminité dans la vie spirituelle.
  6. Sur le seuil de l'Éveil.
  7. La hiérarchie des bodhisattvas.
  8. Bouddha et bodhisattva ; éternité et temps.