L'entrée dans le courant.

Les trois entraves.

 < (8/8)

La vue de la personnalité.

La vue de la personnalité et là lorsque l'on accepte sa personnalité comme quelque chose de fixe, non changeant et ultime. Cela revient à refuser l'acceptation d'un changement ou d'un progrès. On refuse que le « moi » puisse se consumer et renaître. C'est la négation de l'évolution supérieure.

Le développement de l'individualité.

Il y a quatre niveaux de développement de l'individualité :

  1. Le niveau de non individualité ; il n'y a pas d'individualité, juste l'existence.

  2. Le niveau de l'individualité humaine.

  3. Le niveau de la vraie individualité.

  4. Le niveau de l'individualité transcendantale = l'Illumination.

La plupart des gens développent seulement l'individualité humaine. Ils n'ont même pas atteint la vraie individualité ; cela ne viendra qu'avec l'émergence de la prise de conscience.

On peut dire beaucoup de ces quatre niveaux d'individualité, mais cela exigerait une conférence entière … Il convient simplement de retenir que l'idée fausse est de dire que la personnalité est fixe, finale, et qu'elle ne peut se développer.

Le doute sceptique et l'indecision.

Le doute sceptique et l'indécision ne s'agit pas du doute au sens intellectuel, il s'agit de la réticence ou du manque de volonté de s'engager. Cela veut dire retenir les choses même quand il n'y a aucune raison de le faire, ou même quand on ne voit pas de bonne raison de le faire. Beaucoup de gens s'intéressent au bouddhisme, viennent aux cours, aux conférences, mais ne s'investissent pas, ne se jettent pas à l'eau. Au mieux, ils mettent un orteil dans l'eau pour voir si c'est froid, puis ils le retirent. Ou même s'ils s'y aventurent, ils gardent un pied fermement ancré sur le rivage pour ne pas risquer d'être emporté. Peut-être pour avoir le meilleur des deux mondes … Par peur, le plus souvent aussi. Ils sont d'accord avec tout ce que l'on dit, mais ne vont pas réellement l'accepter ou le mettre en pratique. C'est parce qu'ils sont fermement attachés au deuxième entrave, celle du doute sceptique ou l'indécision.

L'attachement aux règles morales et aux pratiques religieuses.

C'est l'attachement aux règles morales et aux pratiques religieuses qui constitue l'entrave, les règles morales en elles-mêmes n'ont rien à y voir, quelles qu'elles soient. C'est l'attachement à ces règles qui pose problème. Cela signifie les traiter comme une fin en soi et non comme un moyen. Et il faut faire attention à cette entrave-là, même dans le cadre de notre pratique. Il faudrait se demander si l'on ne continue pas de faire quelque chose non pas parce que c'est toujours utile au groupe ou à nous-même dans notre vie spirituelle, mais simplement parce que c'est quelque chose que l'on a toujours fait.

Arrêtons-nous là avec les entraves, même si ce fut bref. En cassant les trois entraves, on arrive au point de non retour. L'illumination semble un but lointain à atteindre, mais le point de non retour est une possibilité envisageable dans le cadre de notre vie actuelle. Et une fois qu'on y est, l'amélioration sans régression est assurée. On ne peut que s'élever plus haut, après ; s'élever plus haut dans l'échelle de l'évolution et dans notre chemin spirituel. On se rapprochera de l'inconditionné, on en aura des visions, à travers tous les voiles et les obscurcissements du conditionné. On peut dire que lorsqu'on a atteint ces niveaux, ces hauteurs, alors le monde lui-même, qui fut un voile et un obscurcissement, devient de plus en plus resplendissant et glorieux.

‘The Higher Evolution’ © Sangharakshita, 1969, traduction © Centre Bouddhiste Triratna, 2002.

 < (8/8)
  1. L'image de l'attraction gravitationnelle.
  2. Le champ gravitationnel de l'inconditionné.
  3. La moralité - naturelle et conventionnelle.
  4. Les trois sens de la méditation.
  5. Deux forces gravitationnelles.
  6. La sagesse et les six maillons.
  7. Comment atteindre l'entrée dans le courant ?
  8. Les trois entraves.