L'entrée dans le courant.

Comment atteindre l'entrée dans le courant ?

 < (7/8) > 

Alors, la question est : « Comment atteindre l'entrée dans le courant ? » Il y a deux façons, une positive et une négative.

C'est sur la base de la concentration que la connaissance et la vision des choses telles qu'elles sont apparaissent. Lorsque l'on atteint cette connaissance, ce passage vers le transcendantal, alors on entre dans le courant.

La façon négative est de casser les trois premières entraves. Le bouddhisme parle de dix entraves qui nous lient à l'existence conditionnée. Si on casse ces dix entraves d'un coup, alors on passe du conditionné à l'inconditionné. Mais on casse ces entraves de façon progressive généralement. Voici les dix entraves :

  1. La vue de la personnalité.

  2. Le doute sceptique et l'indécision.

  3. L'attachement aux règles morales et aux pratiques religieuses.

En cassant ces trois entraves, on atteint le point de non retour.

  1. Le désir de l'existence sensuelle.

  2. La malveillance, la haine ou l'aversion.

Ces deux entraves, dit-on, sont particulièrement puissantes. C'est en affaiblissant, pas même en cassant ces deux entraves, que l'on devient un « once returner », personne ayant dépassé le point de non retour et très fortement sujet à la force d'attraction de l'inconditionné. Une telle personne n'a plus qu'une renaissance en tant qu'être humain, puis atteindra l'éveil. En cassant les entraves quatre et cinq, on ne renaît plus sur terre mais à la périphérie du champ d'attraction du conditionné. Une telle personne gagne l'illumination sans la nécessité d'une autre vie humaine.

Ces cinq premières entraves sont connus sous le nom de cinq entraves basses, et ils nous lient au champ gravitationnel du conditionné le plus fort et le plus dense.

  1. Le désir pour l'existence dans le monde de la forme.

  2. Le désir pour l'existence dans les mondes sans forme.

Ce sont les cercles du milieu et de l'extérieur du champ gravitationnel du conditionné.

  1. La vanité, dans le sens où l'on se sent supérieur, inférieur ou égal aux autres.

A ce niveau spirituel, on ne fait plus de comparaisons du tout.

  1. L'agitation, l'instabilité.

  2. L'ignorance, ou manque de prise de conscience.

Ces cinq entraves hautes nous attachent aux cercles extérieurs du champ du conditionné. Une fois cassés, on est libre, on n'éprouve plus que l'attraction de l'inconditionné, et il n'y a plus de renaissances. Une telle personne est nommée traditionnellement « Arahant », ou valeureuse, ou sainte. Revenons aux trois premières entraves…

‘The Higher Evolution’ © Sangharakshita, 1969, traduction © Centre Bouddhiste Triratna, 2002.

 < (7/8) > 
  1. L'image de l'attraction gravitationnelle.
  2. Le champ gravitationnel de l'inconditionné.
  3. La moralité - naturelle et conventionnelle.
  4. Les trois sens de la méditation.
  5. Deux forces gravitationnelles.
  6. La sagesse et les six maillons.
  7. Comment atteindre l'entrée dans le courant ?
  8. Les trois entraves.