Réflexions.

Désir et beauté.

 < (6/8) > 

Si l'on regarde les choses avec désir, on les voit en termes d'attrait sensuel mais si on les regarde sans désir, on les voit en termes de beauté.  Le Bouddha dit bien que l'un des signes, l'une des caractérisitiques de l'état sans désir est le fait de voir la beauté en toute chose.  On ne voit pas l'attrait sensuel mais la pure beauté en tout parce qu'il s'agit d'une attention désintéressée.  Je pense que Schopenhauer a mis l'accent sur le fait que l'appréciation esthétique est dépourvue d'intérêt personnel.  Il s'agit plutôt de contempler, de se délecter de l'objet pour lui-même, sans chercher à en faire un usage personnel. On peut aussi exprimer cette différence en termes de convoitise, d'un côté, stimulée par l'attrait sensuel, et de sens de la beauté, de l'autre, stimulé par la pure beauté.  Dans le cas de la convoitise, on veut saisir, dans celui de l'appréciation esthétique, on se contente de rester à distance et de contempler. Schopenhauer disait que dans l'expérience esthétique, la volonté de vivre était suspendue. Un beau tableau, une belle mélodie, on veut seulement l'apprécier, s'y absorber, s'y abandonner tout entier, mais l'on ne cherche pas à en faire quoi que ce soit, à l'utiliser.  De la même manière, si l'on voit une femme vraiment belle, on peut l'apprécier seulement en tant que belle femme, sans chercher quoi que ce soit d'autre; on peut se contenter de la contempler encore et encore, en appréciant sa beauté.  Il est inutile de dire que cela n'est pas notre façon d'agir habituelle. En général, nous ne voyons pas de manière esthétique mais en termes d'attrait sensuel, d'où l'apparition du désir, ou bien nous voyons en termes d'attrait sensuel parce que le désir est déjà là, à la recherche d'un objet.

'Living Ethically', © Sangharakshita, 2009, traduction © Centre Bouddhiste Triratna, 2009.

 < (6/8) > 
  1. L'inspiration artistique.
  2. Nietzsche, le Zen, et l'éveil soudain.
  3. Les limites de la raison.
  4. Les limites de l'espace et du temps.
  5. L'immortalité et le suicide.
  6. Désir et beauté.
  7. Connaître les autres.
  8. Droits et devoirs.