Réflexions.

Connaître les autres.

 < (7/8) > 

On peut croire que l'on est très proche de quelqu'un alors que l'on  ignore ce que l'autre pense et ce qu'il ressent. Baudelaire traite ce sujet-là dans l'un de ses célèbres poèmes en prose : un jeune homme emmène sa bien-aimée au restaurant, ils ont une table près de la fenêtre. Il est ému, plein d'amour pour cette femme et il se sent si proche d'elle qu'il a l'impression que leurs deux âmes ne sont qu'une. Il sait toutes les pensées de sa bien-aimée et elle sait toutes les siennes, ils ne font qu'un. C'est alors qu'il regarde par la fenêtre et voit une pauvre femme qui mendie; comme il est ému, il plaint sincèrement cette femme, il déborde de compassion. Au moment précis où il ressent cela, il entend la voix de sa bien-aimée lui dire : « Ces gens-là me sont insupportables avec leurs yeux ouverts comme des portes cochères! Ne pourriez-vous pas prier le maître du café de les éloigner d'ici ? »

En d'autres termes, ils ne sont pas du tout en sympathie l'un avec l'autre, et bien qu'il eût l' impression qu'ils n'étaient qu'une seule âme, en réalité, il ne savait absolument pas dans quel état d'esprit elle se trouvait, et visiblement elle non plus n'avait aucune idée du sien. Tout le temps, ils étaient en désaccord. On peut donc s'entraîner à devenir plus attentif aux autres, à leur manière de sentir, de réagir, de répondre: c'est ce qu'on entend par « attention », c'est du moins l'un des aspects de cette faculté.

‘Living with Awareness’ © Sangharakshita, 2003, traduction © Centre Bouddhiste Triratna, 2003.

 < (7/8) > 
  1. L'inspiration artistique.
  2. Nietzsche, le Zen, et l'éveil soudain.
  3. Les limites de la raison.
  4. Les limites de l'espace et du temps.
  5. L'immortalité et le suicide.
  6. Désir et beauté.
  7. Connaître les autres.
  8. Droits et devoirs.