Le Vimalakirti Nirdesa.

Par Urgyen Sangharakshita.

La vie caractérisée par l'uniformité.

      (1/7) > 

Manjushri débat avec Vimalakirti, grottes de Mogao, près de  Dunhuang 
Manjushri débattant avec Vimalakirti.

Imaginons que quelqu'un nous demande de décrire notre vie. Supposons que l'on nous demande de dire ce qui caractérise de manière spécifique et essentielle, notre vie telle que nous la vivons ordinairement. Je me demande quel genre de réponse nous donnerions. Je me demande ce que la plupart d'entre-nous aurions à dire. C'est-à-dire ceux d'entre nous qui sont des gens tout à fait ordinaires, pas des stars, pas des politiciens et certainement pas des personnalités de la télévision. La plupart d'entre nous, la plupart des gens ordinaires diraient que notre vie, la majeure partie du temps, est caractérisée par l'uniformité. Nous dirions peut-être que nous semblons passer la plus grande partie de notre temps faisant le même genre de choses et ce, de la même façon. Non seulement pendant des semaines d'affilée, non seulement pendant des mois de suite, mais même parfois pendant des années ou, du moins, pendant ce qui nous semble durer des années, faisant seulement le même genre de chose de la même façon.

Bien sûr, si nous réfléchissons, nous savons que ce n'est pas vraiment comme ça. Même si nous lavons littéralement les mêmes assiettes tous les jours de la semaine, nous ne les lavons pas exactement de la même façon tous les jours. Nous ne les lavons pas en étant exactement de la même humeur. Nous ne les lavons pas dans des circonstances exactement pareilles. Un jour, alors que nous les lavons à l'évier bien connu de la cuisine, il se peut que les rayons du soleil entrent à flots par la fenêtre ouverte. Mais un autre jour, regardant dehors tout en lavant nos assiettes, la journée peut être sombre et lugubre. Pareillement, un jour nous pouvons laver nos assiettes après un repas solitaire, tranquille et pensif, voire un petit peu ennuyeux. Et un autre jour nous pouvons laver nos assiettes après un repas agréable avec quelque inconnu fascinant. Mais habituellement, il ne nous est pas très facile d'apprécier ces différences plus subtiles. Notre impression est qu'en fait, nous faisons la même chose tous les jours. Notre impression est que notre vie est caractérisée par l'uniformité ou tout au moins par un sentiment d'uniformité, ce qui bien sûr, revient au même. Et ceci est vrai non seulement pour ceux qui mènent une vie ordinaire dans le sens du terme ordinaire, mais c'est vrai même pour ceux qui mènent, ou qui essaient de mener, ou qui disent mener ce que l'on appelle une vie « spirituelle » - c'est-à-dire ceux qui essaient de se développer en tant qu'êtres humains. Ces gens aussi semblent passer la plupart de leur temps faisant le même genre de chose, de la même façon, pendant ce qui peut même sembler durer des années.

Si nous essayons de mener la vie spirituelle, nous ne nous apercevons que trop souvent que nous observons - ou tentons d'observer- les mêmes bons vieux préceptes. Même pratiquant les mêmes bonnes vieilles méditations - le matin, c'est l'attention sur le souffle, le soir, c'est le metta-bhavana - et pareillement, nous récitons, encore et toujours, la même bonne vieille puja. Nous pouvons même assister à la bonne vieille réunion du conseil d'administration ou à la même réunion de travail coopératif, encore, et encore, et encore. Notre vie semble vraiment être caractérisée par l'uniformité. Mais bien sûr, nous savons que cela n'est pas vraiment le cas. Du moins, nous réalisons cela de temps en temps. Du moins, nous en avons un aperçu de temps en temps - que ce n'est vraiment le cas. Nous savons par exemple, que chaque fois que nous méditons, c'est une expérience complètement nouvelle. Nous savons que ce n'est même pas une question de « chaque fois. » Il n'y a bien toujours qu'une seule fois. Chaque expérience est absolument unique, et donc impossible à répéter. Chaque expérience est unique, de la méditation à la vaisselle. Mais nous ne ressentons pas toujours cela ; en fait nous ne ressentons pas souvent cela. Nous ne réalisons certainement pas toujours cela. La plupart du temps, nous ressentons simplement que nous faisons la même chose tous les jours. Nous ressentons que même notre vie spirituelle est caractérisée par l'uniformité. Et parfois même, nous devons bien l'admettre, notre vie spirituelle, notre vie en tant qu'individu qui essaie d'évoluer, de se développer, de croître, même cela est caractérisé la plupart du temps, par une impression d'ennui, de monotonie, d'éculé, d'insipide ; et il est important, il est important plus que tout, que nous sortions d'une manière ou d'une autre de cette impression d'uniformité, de monotonie, de rassis. Il est important que nous quittions, quittions complètement, notre vie ordinaire, même notre vie spirituelle ordinaire, quittions complètement notre soi ordinaire, même notre soi spirituel ordinaire, si nous pouvons utiliser cette expression. Il est important que de temps en temps nous plongions dans une autre dimension, une autre dimension d'existence, une autre dimension d'expérience, une autre dimension d'être, que nous plongions même dans un autre monde, un autre univers, un autre système, au moins en imagination, et au moins un petit peu. Un plongeon dans un monde où tous les points de repère familiers sont absents. Un monde dans lequel nous nous sentons complètement retourné sens dessus dessous.

Nous allons plonger dans le monde peu familier, extraordinaire, le monde qui parfois peut sembler bizarre, du Vimalakirti Nirdesa, l'Enseignement de Vimalakirti. Nous allons faire l'expérience - parce que nous devons seulement lâcher prise un peu -, nous allons nous laisser faire l'expérience de la magie d'un soûtra du Mahayana. En fait nous allons plonger dans « l'inconcevable émancipation ».

Mais qu'entendons-nous par « Mahayana », par « soûtra du Mahayana » et, ce qui est plus important encore peut-être, qu'entendons-nous exactement par « l'inconcevable émancipation » ?

Donc avant de plonger, quelques mots d'explications seront sans doute utiles, du moins pour certains d'entre vous. Le mot « Mahayana », un mot sanskrit, veut simplement dire grande voie ou grand véhicule. Il recouvre la forme particulière du bouddhisme qui ne met pas de limite, absolument aucune limite, au potentiel spirituel de l'individu. C'est cette forme du bouddhisme qui encourage tous les êtres vivants sans exception d'aspirer au but le plus élevé de la vie spirituelle qu'il soit possible à concevoir, ce qu'on appelle l'éveil suprême et parfait. Et celui dont le but est cet éveil suprême et parfait, non seulement pour lui-même mais pour le bien, pour le bénéfice de tous les êtres, est connu sous le nom de bodhisattva. Dans le bouddhisme Mahayana donc, tous les êtres vivants sans exception sont encouragés à devenir un bodhisattva, grâce à l'apparition de ce que l'on appelle la bodhicitta, la volonté d'atteindre l'éveil pour le bénéfice de tous les êtres. En tant que bodhisattvas ou aspirants-bodhisattvas, tous les êtres vivants sont encouragés à prendre les quatre grands vœux, qui sont :

  1. Aussi innombrables soient les êtres, je forme le vœu de les délivrer,
  2. Aussi inépuisables soient les passions, je forme le vœu de les éteindre,
  3. Aussi incommensurables soient les enseignements, je forme le vœu de les maîtriser,
  4. Aussi incomparable soit la Vérité du Bouddha, je forme le vœu de l'atteindre.

Voilà bien quatre vœux magnifiques et impressionnants, mais il faut comprendre que ce n'est pas le soi ordinaire et limité qui forme ces vœux, comme s'il les ajoutait à lui-même. C'est plutôt une question du soi ordinaire s'ouvrant aux forces de la sagesse et de la compassion que ces vœux représentent, et leur permettant - permettant à la sagesse et à la compassion - d'œuvrer à travers lui - de le laisser s'inspirer par la sagesse et par la compassion.

'The Inconceivable Emancipation - Themes from the Vimilakirti Nirdesa', © Sangharakshita, 1990, traduction © Centre Bouddhiste Triratna, 2002

       (1/7) > 
  1. La magie d'un sûtra mahayana.
    1. La vie caractérisée par l'uniformité.
    2. La signification d'un sûtra mahayana.
    3. L'origine du Vimalakirti Nirdesa.
    4. L'émancipation inconcevable comme émancipation.
    5. L'émancipation inconcevable comme inconcevable.
    6. La magie d'un sûtra mahayana.
    7. Un résumé du Vimalakirti Nirdesa.
  2. Construire la terre de bouddha.
  3. Être toutes les choses pour tous les hommes.
  4. La critique transcendantale de la religion.
  5. L'histoire contre le mythe dans la quête de l'homme pour un sens.
  6. La porte du dharma de la non-dualité.
  7. Le mystère de la communication humaine.
  8. Les quatre grandes bases fiables.